Hypertension artérielle pulmonaire: quel traitement naturel ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Vous souffrez d’une importante fatigue, des essoufflements ou des gonflements de vos membres, mais vous n’avez aucune idée de leur origine : il peut s’agir de l’hypertension artérielle pulmonaire.

C’est une maladie caractérisée par une augmentation de la pression sanguine dans les artères pulmonaires. Elle ne se guérit pas, mais il existe des traitements naturels pour soulager ses symptômes et ralentir considérablement sa progression. On vous en dit plus !

Hypertension et stress: comment diminuer la pression du travail ?

Quelques traitements et conseils contre l’hypertension pulmonaire

Respecter les règles hygiéno-diététiques

Lorsque vous souffrez réellement de l’hypertension artérielle pulmonaire, en dehors de tout traitement médicamenteux, vous devez observer certains principes hygiénique et diététique.

  • La perte du poids : c’est une règle impérative capable de freiner à elle seule la progression de l’hypertension artérielle.
  • La consommation limitée de sel : vous devez limiter du mieux que possible votre consommation de sel à 5 ou à 6 grammes par jour. Essayer de vous débarrasser de votre sel de table et le remplacer par des ingrédients ou d’autres produits capables de sortir le goût des aliments sans faire usage du sel.
  • Activité physique douce : vous devez pratiquer régulièrement et modérément des activités physiques.
  • Arrêt du réglisse, du pastis et de la pilule contraceptive.

Retenez que vous devez vous éloigner de toute pratique pouvant monter votre tension.

Améliorer votre alimentation

Pour un traitement naturel efficace, vous devez vous soumettre à une alimentation riche en fruits et légumes et démunies d’acides gras saturés.

La consommation du poisson, d’huile d’olive, de colza ou encore de noix procure à l’organisme des prostaglandines de type 1 et 3. Sans oublier l’ail et la cannelle qui ont fait leurs preuves dans le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire.

L’usage des plantes et des huiles essentielles

La phytothérapie peut être d’une grande importance dans le traitement naturel de l’hypertension pulmonaire. De ce fait, les feuilles d’olivier et celles de cassis, l’hibiscus et la fumeterre sont capables de ralentir la pression artérielle dans les poumons.

Les huiles essentielles telles que L’Ylang-ylang, le HE citron, la lavande ou encore la marjolaine sont également efficaces pour ce traitement.

Les nutriments nécessaires

Lorsque vous constatez une hausse de l’homocystéine, vous devez consommer les vitamines comme vitamines B6, B9 et B12 et en cas de carence, la vitamine D3 est nécessaire.

Vous devez veiller à l’équilibre du sodium et du potassium dans votre alimentation. Le défaut de potassium dans votre organisme facilite la pression artérielle dans les poumons. Il est conseillé de remplacer vos sels de sodium par ceux de potassium pour assurer cet équilibre.

L’impact du magnésium n’est également pas à négliger. C’est un minéral qui impacte toute la vitalité en général. Il agit sur la contraction et le rythme cardiaque sans oublier son oxygénation.

La sophrologie et la méditation

Il est clair que lorsque vous souffrez de la pression artérielle pulmonaire, vous devez désormais mener une vie plus calme en évitant du mieux que possible le stress et la fatigue. En plus d’avoir une alimentation équilibrée, vous pouvez pratiquer des exercices de respiration afin de soulager votre corps et votre esprit.

La pratique de la sophrologie vous permet de vous débarrasser des tensions intérieures et de ralentir petit à petit la pression artérielle. Elle vous permet également de développer d’une façon harmonieuse votre personnalité.

Tout comme la sophrologie, la méditation vous permet de baisser votre tension artérielle systolique de 4,7 mmHg et celle diastolique de 3,2 mmHg.


Lisez aussi:

Hypertension artérielle pulmonaire ou l’essoufflement à l’effort

Hypertension et stress: comment diminuer la pression du travail ?